La pratique seule

Il existe au Tai Chi des Formes, appelées  « Tao », qui consistent en une succession de mouvements d’inspiration martiale à exécuter seul.  Cette forme,  permette de concentrer son écoute profonde dans le corps. Sentir comment un mouvement se construit à partir de son intention jusqu’à l’apparition de la force dans le corps et enfin du mouvement.  Dans les mouvements du Tai Chi, le cercle et la vagues sont privilégiés. Les muscles et les articulations se déroulent les uns sur les autres le long des mouvements continus. La vague de mouvement produit comme un auto-massage interne des muscles ; des organes et des articulations. Tandis que les muscles se relâchent, la tension artérielle diminue, le drainage des fluides corporels est stimulé et les énergies se stabilisent et s’équilibrent.. etc..  Les effets secondaires positifs pour le corps dans la pratique sont variés et complexes, mais présent dès le début de la pratique. Cependant, le développement de qualités profondes suppose toutefois un travail plus intense et continue sur le très long terme. Persévérance et patience sont deux vertus inhérente à la pratique du Tai Chi.

 

Nous utilisons une forme lente dites des « 37 Mouvements » du Style Yang de Maître Cheng Man Ching pour développer l’écoute profonde du corps ainsi qu’une forme rapide « Kuai Chuan » développé par Maître Huang Sheng Shyan à partir de la forme de la  » Grue Blanche » du Fujian (ancètre du Karate d’Okinawa) pour la fluidité du mouvement et l’éveil de la concentration quelque soit la vitesse. Les mouvements sont techniques et variés dans le but d’améliorer la précision du geste et la coordination entre le Corps et l’Esprit. Ce lien essentiel peut ainsi se créer dans la lenteur, se maintenir dans la vitesse, mais surtout trouver sa place dans son quotidien.

 

Parc de Shanghai – Short Form Style Yang – Part 1.

Studio 9clouds.ch a Shanghai: five loosening exercices.